Retour à l'université de Lyon

Accueil > Brsil > Vivre au Brsil


Perception du handicap

Share |

Informations sur la perception du handicap par la socit brsilienne, dans son histoire et aujourd'hui.

Perception historique du handicap

Le Brésil, c'est 26 Etats, 8 547 400 km², 191 millions d’habitants, 15% de la population touchée par un handicap soit 28,5 millions de personnes.

Pendant des siècles, les personnes en situation de handicap au Brésil ont été écartées des groupes sociaux, privées de toute participation sociale. Elles ont été considérées comme des êtres distincts dénués de volonté propre et dépendant du système. Et ce jusqu’à la fin des années 1980 (suivant l’Année Internationale des personnes handicapées).
Une histoire d’exclusion qui ne diffère pas grandement de l’histoire du handicap dans le monde.

C’est également lors des années 1980 qu’on voit se développer des mouvements autonomes de personnes en situation de handicap désireuses de faire reconnaître leurs droits et de casser cette image d’assistanat.
Leurs actions ont notamment contribué à réduire des barrières physiques et comportementales. Mais le Brésil reste un état où l’accessibilité fait défaut, qu’elle soit physique ou sociale.

Dans un même temps, l’action des organisations sociales brésiliennes a eu deux effets contradictoires, d’un côté la valorisation et la reconnaissance de leurs droits et de l’autre la révélation de leurs singularités et une stigmatisation rattachée au mot «handicap».
 
Les préjugés, l’idéal esthétique, la famille et les croyances religieuses ont eu un rôle et jouent encore de nos jours un rôle sans précédent sur les représentations du handicap.

Malgré le métissage de sa population, le Brésil n’a pas intégré les personnes en situation de handicap comme une composante à part entière d’une société multiculturelle. Les représentations déformantes et souvent négatives dont sont victimes les personnes handicapées s’expliquent également par le fait que le Brésil est un pays où l’apparence esthétique est très importante. Des modèles dominants sont véhiculés par les médias, excluant et ignorant ainsi les personnes handicapées qui ne correspondent pas aux canons de beauté.

Emploi et handicap

En Amérique Latine, la situation des personnes handicapées est précaire, d’autant plus que 80 % à 90 % des personnes handicapées sont sans emploi. Ils manquent de véritables programmes visant à rendre l’environnement accessible aux personnes handicapées, notamment sur le marché du travail. Au Brésil, une personne sur dix travaille avec un contrat officiel, alors que près de deux personnes sur dix sont des travailleurs indépendants.

Le recensement de l’Institut brésilien de géographie et statistique (ibge) montrait déjà en 2000 qu’il y avait au Brésil vingt-quatre millions de personnes semi handicapées, soit 14,5 % de la population du pays, dont neuf millions en âge productif. Même si certains de ces chiffres sont contestés, l’OMS estimant à 10 % la population présentant différents types de handicaps, l’exclusion des personnes handicapées dans ce pays demeure une grave question au plan social.

"Si l’intégration de ces individus dans le marché formel du travail devient aujourd’hui courante au Brésil, il faut remarquer que cette pratique est relativement récente et renvoie plus à une contrainte légale qu’à une politique sociale des entreprises. Hormis les rares cas d’entreprises qui embauchent depuis longtemps des travailleurs ayant certains handicaps (les aveugles, par exemple, dotés d’une habileté manuelle et d’une concentration remarquable pour l’exécution de tâches, surtout dans le cas d’activités répétitives), cette politique n’a été officiellement introduite au Brésil qu’à partir de 1999, avec le décret 3.298. Celui-ci fut un pas décisif dans la politique nationale pour l’intégration des personnes handicapées, nommées à l’époque comme « ayant des nécessités spéciales », c’est-à-dire des handicaps congénitaux ou acquis (physiques, mentaux, auditifs, visuels ou multiples). Cette loi prend aussi en compte les sujets réhabilités suite à des accidents de travail ou autres. Elle oblige donc les entreprises ayant plus de 100 employés à embaucher des travailleurs handicapés selon un pourcentage croissant : 2 % entre 100 et 200 employés ; 3 % entre 201 et 500 ; 4 % entre 501 et 1000 ; 5 % à partir de 1001." (source)

Sources